Pourquoi la matérialité est-elle importante dans le développement durable ?

Article published on
February 18, 2022

Analyse de matérialité : introduction

D'où émane ce concept ?

Le concept de matérialité est initialement issu des pratiques de l'analyse financière, qui nécessitaient des indicateurs pour évaluer à la fois la performance et la fiabilité d'une entreprise. L'intention générale de la matérialité était de définir le seuil à partir duquel les informations financières devenaient pertinentes pour les décideurs.

Au fur et à mesure que le développement durable a été mieux compris et a pris de l'importance pour les organisations, le concept de matérialité a commencé à être appliqué aux rapports de développement durable. Un jalon important à cet égard, ont été les lignes directrices G4 sur le rapport de durabilité publiées par la GRI (Global Reporting Initiative) en 2013. Ce document affirmait la nécessité d'un processus spécifique pour mener et appliquer une évaluation de la matérialité à la stratégie et au rapport de durabilité. Ces lignes directrices restent à ce jour une référence majeure en matière de gestion du développement durable.

Comment s'applique-t-il à la durabilité ?

Dans le cadre d'une réflexion sur l'impact sociétal d'une organisation, cet outil permet l'identification, l'évaluation de la pertinence et la hiérarchisation des enjeux qui peuvent avoir un impact économique, social, environnemental ou de gouvernance à la fois sur l'entreprise et/ou sur la société. Face à la multitude de sujets couverts par le développement durable, l'utilisation d'une analyse de matérialité fait de la mise en place d'une stratégie un processus facilement gérable et actionnable.

Dans le contexte actuel où l'on demande aux organisations de faire preuve de plus de transparence en ce qui concerne les questions sociétales, elles ont besoin d'outils pour évaluer et rendre compte de leur impact. En effet, les parties prenantes attendent désormais un engagement avéré qui va au-delà d'une simple déclaration de valeurs ou de déclarations d'intention sur un site web. Des actions concrètes, mesurables et efficaces sont attendues, tout comme les investisseurs demandent de plus en plus d'outils fiables permettant de mesurer l'engagement des entreprises. En d'autres termes, ils recherchent des outils capables de traduire les questions de développement durable en risques et opportunités quantifiables.

C'est ce que fait, entre autres, l'analyse de matérialité en priorisant les enjeux sociétaux qui ont un impact sur l'entreprise et ses parties prenantes et, inversement, en identifiant la manière dont l'entreprise influe sur ces questions sociétales. Ce faisant, l'évaluation de la matérialité révèle les informations clés sur lesquelles l'entreprise doit agir.

Qui peut bénéficier d'un processus d'évaluation de la matérialité ?

Tout type d'organisation, qu'elle soit à but lucratif ou non, petite ou grande, peut bénéficier de cet exercice. Les méthodologies changeront pour s'adapter aux caractéristiques de l'organisation, mais l'exercice et ses avantages resteront les mêmes.

Un concept en constante évolution

Le concept de matérialité est en constante évolution et a été poussé à évoluer ces dernières années car de plus en plus d'organisations se prêtent à cet exercice. Face à un sentiment d'urgence croissant face aux enjeux sociétaux, les cadres de référence se sont multipliés, créant beaucoup de bruit et de confusion. Nous sommes aujourd'hui à un tournant et constatons que davantage d'énergie est consacrée à la consolidation et à la simplification des cadres de référence et des normes de reporting. L'année 2022 devrait voir l'émergence d'une approche plus intégrée pour les normes de durabilité et cela pourrait influencer la manière dont nous réalisons l'évaluation de la matérialité.

Le processus de l'analyse de matérialité en quelques mots

Étape 1 - Identification des parties prenantes

La première étape d'un processus d'analyse de matérialité consiste à identifier les principales parties prenantes qui ont un impact sur les activités d'une organisation ou qui en subissent l'impact.

Au-delà des parties prenantes communément identifiées comme les clients, les fournisseurs, les employés, les communautés, les gouvernements, etc., chez Umalia, nous encourageons à considérer la planète comme une partie prenante à part entière dans ce processus et dans toute réflexion sur la durabilité.

Étape 2 - Identifier les enjeux sociétaux importants

Une fois les parties prenantes identifiées, l'étape suivante consistera à identifier les enjeux sociétaux, qu'ils soient environnementaux, sociaux, économiques ou liés à la gouvernance, qui entourent les activités de l'organisation et qui ont un impact sur elles, ainsi qu'à évaluer l'impact des activités sur ces enjeux.

Étape 3 - Interroger les parties prenantes internes et externes

En interrogeant toutes les parties prenantes sur leur perception de l'importance de chacun des enjeux et en plaçant le résultat sur une matrice, nous donnons à l'organisation une image claire de l'importance des enjeux sociétaux sur ses activités à un moment donné. Il sera essentiel de valider ces informations par recoupement et de les mettre en perspective en menant des recherches en parallèle.

Exemple de matrice de matérialité

Étape 4 - Utiliser la matrice de matérialité pour agir

Au-delà de l'identification des enjeux et des risques et opportunités potentiels, cette représentation visuelle des priorités des parties prenantes en matière de durabilité a une grande valeur stratégique pour l'organisation. Elle devient un atout pour la prise de décision éclairée et l'allocation des ressources en conséquence.

Étape 5 - Mesurer l'impact dans le temps

Cet outil de priorisation permettra d'identifier les actions à entreprendre, mais aussi les indicateurs à mettre en place et les pratiques dont il faut rendre compte. Suivre son évolution et en faire un exercice récurrent est un outil puissant pour mesurer l'impact, d'autant que la pertinence et l'importance des enjeux évolueront également dans le temps.

Pourquoi réaliser une analyse de matérialité ?

Les raisons pour lesquelles une organisation peut effectuer une telle évaluation peuvent aller de la communication à la planification stratégique de l'entreprise ou de la RSE. La profondeur de l'exercice variera en fonction des objectifs, des outils de mesure, des parties prenantes impliquées dans le processus et de la méthodologie que l'organisation choisira d'adopter. Les résultats généraux que l'on peut attendre sont relativement similaires, bien que l'étendue et la profondeur dépendent bien sûr de la recherche et de la validation croisée mises en œuvre dans le processus.

Voici quelques-uns des principaux résultats que vous pouvez attendre de votre évaluation de la matérialité :

- Une occasion de mobiliser vos parties prenantes et d'avoir une vision claire de ce qui compte pour elles en termes de durabilité et de la visibilité sur la manière dont cela s'applique à vos activités
- Un outil de prise de décision pour prioriser les actions et faire des choix éclairés pour l'allocation des ressources
- Une base solide pour mettre en place ou spécifier des indicateurs clés qui permettront de mesurer votre impact dans le temps
- Les bonnes informations pour s'assurer que vous créez de la valeur pour la société au lieu de l'éroder
- Une visibilité plus claire sur les signaux faibles du marché en ce qui concerne les tendances futures
- Des informations clés sur les opportunités et les risques
- Un outil efficace pour apporter à la fois transparence et pédagogie à votre prise de décision stratégique

Aller plus loin dans la compréhension des évaluations de matérialité

Comprendre l'importance d'impliquer les parties prenantes dans votre stratégie de développement durable ou de RSE

Ouvrez le dialogue !

L'approche de la matérialité est particulièrement intéressante lorsqu'elle est partagée avec les parties prenantes car elle offre une approche holistique du développement durable et permet d'aligner les principales parties prenantes autour de questions clés communes.

Nous ne savons que trop bien aujourd'hui que les questions sociétales sont si complexes qu'une seule partie prenante ne pourra pas les résoudre seule.  Pour trouver des solutions efficaces et créatives, il faut commencer par discuter de ces défis et mobiliser les parties prenantes pour qu'elles contribuent ensemble à leur résolution.  

Une initiative d'engagement des parties prenantes ancrée dans des questions tangibles est particulièrement convaincante et attractive car nous parlons de "business réel" et non de concepts de haut niveau et de grands principes. D'après notre expérience, nous constatons la plupart du temps - si ce n'est toujours - une ouverture claire à l'exercice car les parties prenantes sont invitées à exprimer ce qui est important pour elles. La posture d'écoute est alors essentielle pour repérer les opportunités de collaboration et d'impact. Les groupes de discussion avec les employés sont un exemple d'initiative qui peut vous aider à identifier et à prioriser les questions de durabilité qui sont proches de votre entreprise.

En faisant cet exercice, vous tenez naturellement votre écosystème informé et conscient des pratiques responsables et vous les influencez sur leur propre engagement. Tenir vos parties prenantes informées et à jour sur les pratiques est en fait un élément clé de la durabilité dans la mesure où vous profitez de vos relations d'affaires pour influencer les autres tout au long de votre chaîne de valeur, permettant ainsi une plus grande valeur collective.

Renforcer la crédibilité

Le fait de disposer d'une méthodologie solide pour déterminer quels sujets sont importants et seront donc la cible de vos efforts vous apportera la crédibilité tant recherchée lorsque vous vous engagez dans l'impact sociétal. L'inquiétude récurrente que nous entendons de la part de nos clients, en tant que consultants en développement durable, est leur crainte d'être étiquetés comme des opportunistes ou même des "greenwashers" alors que leur intention est authentique.

Une matrice de matérialité pourrait être un bon outil à partager avec vos parties prenantes afin de mettre en valeur votre engagement, à condition que la méthodologie que vous utilisez et les choix que vous avez faits pour mener votre évaluation soient également communiqués.

Identifier ses enjeux de développement durable

Il existe différentes manières de procéder pour identifier les enjeux sur lesquels l'évaluation de la matérialité sera basée. La GRI, dans la ligne directrice G4, définit ces enjeux comme "les sujets qui ont un impact direct ou indirect sur la capacité d'une organisation à créer, préserver ou éroder la valeur économique, environnementale et sociale pour elle-même, ses parties prenantes et la société dans son ensemble". Il est intéressant d'ajouter à cette definition une perspective plus large incluant l'impact que l'organisation a sur ces enjeux sociétaux.

On comprend alors l'importance d'inclure les parties prenantes dans le processus de définition des enjeux afin de s'assurer qu'ils sont pertinents pour elles.

Voici trois approches pour cerner les bons enjeux :

1/ Étude documentaire

Utiliser les données existantes, qu'il s'agisse de référentiels généraux ou sectoriels, est un bon moyen de s'assurer que tous les aspects importants de la durabilité sont inclus. Ces bases de données sont construites sur l'expérience et l'observation de nombreuses organisations et vous aideront à formuler des hypothèses sur ce qui sera important pour votre organisation en fonction de votre secteur, de votre industrie, de votre taille, de votre géographie, de votre mission, etc.

2/ Observation des pratiques existantes et interrogation des parties prenantes

Faire l'inventaire de vos pratiques existantes en matière de durabilité est un bon point de départ pour identifier les enjeux liés à vos activités. Une autre approche très riche dans l'observation des pratiques consiste à aborder directement et ouvertement ces sujets avec les parties prenantes.

En effet, l'évaluation de la matérialité est une formidable opportunité d'écouter les attentes de votre écosystème tout en amenant indirectement les parties prenantes à réfléchir sur leurs propres activités.

3/ Benchmarking et observation de l'actualité

Observer les sujets dont parle votre écosystème, lire la presse et les médias spécialisés qui mentionnent les grandes tendances ou encore regarder ce que les organisations à but non lucratif et de plaidoyer disent de votre secteur, peut vous donner une idée des éléments qui influencent ou sont susceptibles d'influencer la prise de décision des parties prenantes et la façon dont elles évaluent l'organisation.

Le croisement des différentes approches vous permettra de vous assurer qu'il n'y a pas d'angles morts dans l'identification des enjeux.

Quelques bonnes pratiques observées dans la conduite des analyses de matérialité

Il existe de nombreuses approches pour réaliser une évaluation de la matérialité fiable et complète. Voici quelques conseils et bonnes pratiques tirés de notre expérience :

·      Au-delà de l'impact financier, identifiez les enjeux qui impactent l'entreprise mais aussi les enjeux impactés par l'entreprise :

o  en utilisant les cadres existants et les données disponibles,

o  en observant les pratiques en place et en interrogeant les parties prenantes,

·      Impliquez les parties prenantes dans l'identification et la définition des enjeux que vous souhaitez évaluer,

·      Essayez de trouver un équilibre entre une liste de questions couvrant tous les aspects du développement durable et des questions spécifiques au secteur,

·      Faites évaluer l'importance des enjeux par un panel large et représentatif de parties prenantes,

·      Un résultat quantitatif qui ne recueille pas le consensus des parties prenantes internes et externes (par exemple, une question qui est une priorité absolue pour la stratégie interne mais qui est jugée peu importante par les parties prenantes externes) peut nécessiter un examen qualitatif, comme des entretiens exploratoires,

·      Faites participer la direction générale au processus. Même si l'objectif est d’abord communicationnel, l'exercice reste stratégique, il est donc dans l'intérêt de la direction de le mener avec l'équipe initiatrice.

·      Faites appel à un tiers pour lequel il n'y a pas de relation de pouvoir commerciale ou implicite pour les entretiens avec les parties prenantes externes, et qui sera en mesure de fournir un rapport consolidé et anonyme,

·      Tenez les contributeurs informés de la stratégie RSE ou des résultats qui découleront de l'analyse,

·      Anticipez les étapes et les réflexions qui suivront l'analyse de matérialité, cela pourrait vous aider dans sa conception.

Faites-en un outil dynamique !

Les questions ESG évoluent en permanence, tout comme les enjeux sociétaux sur vos activités et vos parties prenantes. L'évaluation de la matérialité peut être un excellent outil pour suivre l'évolution de votre contexte. Voici un exemple de British Telecom qui a utilisé l'exercice de matérialité au fil des ans et qui s'en sert comme outil de suivi et de reporting.

Au fil des années, ils ont ajouté des informations clés pour enrichir l'exercice, comme la tendance des sujets d'une année à l'autre (flèches), l'existence de politiques internes, les indicateurs en place, les enjeux représentant un risque, etc.

Mot de la fin

Comment poser une action positive significative en faveur du développement durable ?

Impliquer vos parties prenantes dans la réflexion, communiquer sur des initiatives et des pratiques mesurables et tangibles, donner des informations sur votre méthodologie d'identification et de prise en compte des enjeux sociétaux est un bon début. 

L'évaluation de la matérialité est un outil puissant à ajouter à votre boîte à outils lorsque vous réfléchissez à votre impact sociétal. Au-delà d'être un allié pour déterminer les priorités, sa puissance réside aussi dans le fait qu'elle peut être utilisée pour mobiliser l'intelligence collective et la faire éclore.

Les défis auxquels nous sommes collectivement confrontés sont complexes et nous avons beaucoup à apprendre et à découvrir les uns des autres pour les relever de manière durable et créative.

Il existe d'innombrables autres sujets entourant les stratégies de développement durable que nous aimerions explorer, tels que la matérialité financière, le reporting ESG et de RSE, la double matérialité... Nous ne manquerons pas d'approfondir ces sujets avec vous et de vous donner un aperçu d'initiatives et de méthodologies inspirantes en matière de durabilité.